Les dangers de la sédentarité : 6 études clés

La sédentarité n’est pas bonne pour la santé. Mais savez-vous à quel point ? Pour vous, j’ai plongé dans l’immensité de la littérature scientifique et vous en ai extrait des études clés sur les dangers de la sédentarité. Pour chaque étude, je vous donne les principaux résultats. Vous trouverez les références en bas de page.

Television les dangers de la sédentarité

Avant tout la sédentarité, quésako ?

D’un point de vue médical, la sédentarité désigne une posture assise ou semi-allongée n’impliquant pas ou peu de mouvement. Celle-ci engendre une faible dépense d’énergie (≤ 1.5 MET 1). Parmi les postures sédentaires, être assis devant la télévision ou l’ordinateur sont probablement les plus célèbres. En 2007, déjà plus de 40% des femmes passent plus de 6h par jour devant l’ordinateur. Pour les hommes, seulement un quart d’entre eux atteignent ce niveau2. Si vous vous reconnaissez, je vous invite à lire la suite. En effet, comme vous allez le voir, les postures sédentaires sont associées à un certain nombre de risques pour la santé.

Oui mais debout…

Bien que la position debout soit aussi liée à une dépense d’énergie assez faible (environ 1.2 MET 3), elle n’est en général pas incluse dans les postures dites sédentaires car elle est très différente physiologiquement4 puisqu’elle implique des mouvements et sollicite plus les muscles que les positions sédentaires.

Étude #1 : Sédentarité et mortalité sont directement liées5

Cette étude de 2009 porte sur 17013 Canadiens âgés de 18 à 90 ans. Les informations concernant chaque la vie de participant proviennent d’une étude faite en 1981 rassemblant un nombre important d’informations sur chaque participant notamment concernant leur travail, leurs loisirs et leur santé. Les auteurs ont mesuré 5 niveaux de sédentarité en termes de temps d’assise quotidienne : presque jamais, 1/4 du temps, 1/2 du temps, 3/4 du temps, presque tout le temps. Les données de mortalité pour ces mêmes participants ont ensuite été récoltées sur une période de 12 ans soit de 1981 à 1993.

Les résultats sont sans appel : plus le temps d’assise est élevé, plus le taux de mortalité – toutes maladies confondues – augmente. Par rapport aux individus assis « presque jamais », on recense une augmentation de
– 0% pour une assise seulement 1/4 du temps,
– 11% pour une assise de la moitié du temps,
– 36% pour une assise 3/4 du temps,
– 54% pour une assise presque tout le temps.
Autrement dit, les participants augmentent leurs chances de mourir de plus de 50% s’ils passent leur journée majoritairement assis par rapport à ceux qui ne le sont presque jamais.

En conclusion

Il semble que notre sédentarité n’est pas à prendre à la légère. Heureusement, il existe un nombre important de moyens de l’éviter et pour ça : pas besoin d’être un yogi.

À suivre les résumés des études suivantes

– Les loisirs sédentaires et la mortalité (Patel et al 2010)
– Quand l’activité physique au travail prédit l’obésité (Church 2011)
– La sédentarité impacte vos biomarqueurs cardiometaboliques (Healy et al 2011)
– La sédentarité réduit les télémères (Sjogren et al 2014)
– La sédentarité cause la mort (Biddle et al 2016)

Sources

 

Définition de la sédentarité

1Chastin et al 2010 : Methods for objective measure, quantification and analysis of sedentary behaviour and inactivity.

2DARES 2010 : Les Femmes occupent des emplois où le travail semble moins épanouissant.

3Ainsworth et al 1993 : Compendium of physical activities: classification of energy costs of human physical activities.

4Hamilton et al 2007 : Role of low energy expenditure and sitting in obesity, metabolic syndrome, type 2 diabetes, and cardiovascular disease.

Études sur les dangers de la sédentarité

5 Katzmarzyk et al 2009 : Sitting time and mortality from all causes, cardiovascular disease, and cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :